Le rétrofit électrique permet le changement du groupe motopropulseur (powertrain) pour passer d’une motorisation thermique à une motorisation électrique. Si l’opération de substitution peut paraître simple, il est indispensable de maintenir un niveau de sécurité.

 

Voiture déjà homologuée

Le niveau de sécurité de la voiture dépend évidemment de son niveau avant la phase de rétrofit. Seule la motorisation est changée, le niveau global de sécurité de la voiture restera donc le même que celui établit lors de l’homologation initiale du véhicule.

 

Contrôle technique

Avant toute opération de rétrofit électrique, le véhicule devra passer avec succès un contrôle technique (hors émission polluante), c’est un niveau élémentaire et impartial pour s’assurer de l’état global du véhicule : freins, pneumatique, direction, état de la carrosserie, …

Une fois la motorisation démontée, le rétrofiteur aura à réaliser des contrôles plus intimes sur des éléments plus accessibles. 

 

Homologation mécanique

Pour rendre le rétrofit possible sur un modèle de voiture, le rétrofiteur aura obtenu en amont des conversions commerciales une homologation de série auprès des autorités. Lors de cette phase d’homologation où des prototypes sont montrés, plusieurs vérifications seront présentés pour assurer un comportement mécanique similaire à la version initiale :

  • Respect du PTAC : il est toujours possible d’ajouter 300kg de batterie dans une voiture mais le poids total à charge est-il toujours respecté ?
  • Répartition des masses : un des éléments majeurs lié au comportement de la voiture est l’équilibre des masses entre l’essieu avant et arrière. Il convient de maintenir cet équilibre. Le rétrofit ne doit pas changer l’utilisation du véhicule.
  • Limite de la puissance maximale : la puissance initiale maximale du modèle ne doit pas être dépassée. 
  • Intégration des éléments : l’intégration mécanique est auditée pour s’assurer que l’architecture globale de la voiture ne soit pas modifiée.

Les caractéristiques initiales de la voiture doivent rester similaires. Des tolérances sont prévues mais le comportement doit rester similaire.

 

Sécurité des batteries

Comme ultime sécurité, les batteries devront être R100 révision 2. La règlementation des batteries utilisées dans les voitures électriques est régie par la R100. Les rétroviseurs devront intégrer dans les voitures des batteries répondant à la troisième version de cette réglementation. Cette version intègre plus de tests pour valider le comportement des batteries face à des vibrations, le feu, du percement, … Ces utilisations extrêmes permettent d’augmenter le niveau de sécurité des batteries et plus globalement du véhicule électrique.

 

La voiture rétrofitée ne devient pas une voiture neuve après sa conversion. Il s’agit juste d’une mise à niveau, d’une modernisation. La sécurité initiale de la voiture doit être maintenue pour limiter les risques.

 

 

retrofit

Articles similaires

Laissez votre commentaire